Page images
PDF
EPUB

riger, leur dit: De quoi vous entreteniez-vous en chemin? Mais, ajoute saint Marc, ils gardèrent le silence, parce qu'ils avaient disputé en chemin qui d'entre eux était le plus grand. (s. Marc. et s. Luc. 9.)

APPLICATIONS. Vous êtes révolté, indigné de la conduite des apôtres en cette circonstar ce. Eh quoi! dites-vous, ils viennent à peine d'entendre dire à leur bon Maître que bientôt il sera livré à ses ennemis, qui le maltraiteront, le mettront à mort; et, sans en paraître affectés le moins du monde, ils ne sont préoccupés que de pensées d'égoïsme et d'ambition!... Votre indignation est juste. Mais peutêtre serez-vous amené à l'exprimer avec plus d'indulgence. si vous réfléchissez bien à la faiblesse humaine et en particulier à vos propres faiblesses... Ne vous est-il pas arrivé souvent, au sortir d'une méditation sur les humiliations de votre divin Sauveur, de vous laisser aller à des pensées de vaine gloire et d'ambition; ou, après vous être humilié aux pieds du confesseur, de vous emporter presque aussitôt après pour quelques paroles qui blessaient votre amourpropre? Hélas! peut-être, dans l'acte même de la confession, vous êtes-vous formalisé de la correction qu'on vous faisait?...

AFFECTIONS. Aveux. Confusion. Repentir.
RÉSOLUTIONS. Se défier de son orgueil.

les faiblesses d'autrui.

[ocr errors]

[ocr errors]

Excuser

II. POINT. LEÇON D'HUMILITÉ DONNÉE AUX APOTRES. CONSIDÉRATIONS. L'ambition, comme toute passion, est ingénieuse à parvenir à ses fins, tout en les dissimulant. Nous en voyons la preuve dans les apôtres n'osant pas

demander à leur divin Maître qui d'eux était le plus grand, ils s'approchèrent, dit saint Matthieu, de Jésus, qui s'était assis; et, ayant l'air de faire abstraction d'eux-mêmes, ils lui firent en termes généraux cette question: Qui estimez-vous le plus grand dans le royaume des cieux? Jésus, qui connaissait le secret motif de leur demande, mais qui ne voulait pas leur en faire un reproche trop humiliant, se contenta de dire: Que celui qui voudra être le plus grand d'entre vous soit votre serviteur (Ch. 18. et 20).

APPLICATIONS. Nous désirons tous être grands dans l'estime de Dieu; grands dans la gloire céleste. Jésus nous en indique le moyen : c'est de devenir petits, les plus petits de tous, dans notre propre estime... Voulez-vous savoir si, avec la grâce de Dieu, vous en êtes venu là? Voyez si vous conservez la paix du cœur quand il vous semble qu'on manque d'égard pour votre personne ou que d'autres vous sont injustement préférés; quand, dans la distribution des choses et des occupations, on vous donne ce qu'il y a de moins apparent, ou qu'on vous charge de rendre certains services qui vous paraissent être humiliants?...

AFFECTIONS. Demandez la grâce de croître en humilité et en abnégation.

RÉSOLUTIONS. Quand on est humilié devant les hommes, s'en réjouir devant Dieu.

III. POINT. L'ENFANCE ÉVANGÉLIQUE PRESCRITE AUX APOTRES. CONSIDÉRATIONS. La leçon d'abnégation et d'humilité que Jésus venait de donner aux apôtres toujours préoccupés d'idées de grandeur mondaine, n'avait pu être qu'imparfaitement comprise. Pour la rendre plus claire et en

quelque sorte sensible, le divin Sauveur appela à lui un petit enfant; et, après l'avoir embrassé, il le plaça au milieu d'eux, et leur dit: Je vous le dis en vérité, si vous ne changez, et si vous ne devenez comme de petits enfants, vous n'entrerez point dans le royaume des cieux. Quiconque se fera petit comme cet enfant, celui-là est le plus grand dans le royaume des cieux. (s. Matt. 18.-s. Marc. 9.)

APPLICATIONS. Il faut donc pour plaire à Dieu, pour avoir part aux marques de sa tendresse et de ses grâces de prédilection, que vous en veniez à l'enfance évangélique, que vous deveniez, par vertu, ce que sont les enfants par nature purs, simples, humbles, doux, obéissants, etc. Cela n'est pas facile. Vous n'y parviendrez pas sans faire des efforts généreux et constants. Les faites-vous? Avec quel succès les avez-vous faits jusqu'ici?

COLLOQUE. Avec Jésus notre divin modèle, qui, après être devenu pour nous petit enfant, emmailloté, couché dans une crèche, passa trente années dans l'obscure retraite de Nazareth, partageant les humbles et pénibles travaux de son père nourricier. Lui demander pardon de nos pensées, de nos vues ambitieuses. Lui offrir quelques généreuses résolutions, etc.

[ocr errors]

FÊTE DE LA NATIVITÉ

DE LA TRÈS-SAINTE VIERGE.

1. Prél. Unissez-vous en esprit aux Anges qui entourent le berceau de Marie.

II. Prél. Demandez la grâce de croître dans la connaissance, l'amour et le culte de la sainte Vierge.

I. POINT.

NATIVITÉ DE MARIE, SUJET DE NOTRE JOIE.

CONSIDÉRATIONS. Un des plus beaux jours consignés dans les annales du monde, c'est sans nul doute celui où naquit cette femme admirable qui devait changer la face de la terre, et y faire succéder la gloire et les bénédictions å l'opprobre et à la malédiction; cette femme que le Créateur promit à nos parents coupables et repentants, comme unique espoir de salut pour eux et pour leur postérité; cette femme, enfin, qui devait donner au monde le Sauveur attendu si impatiemment depuis plus de quatre mille ans. C'est de ce grand, de ce beau jour où naquit la Vierge-Mère, Marie, que nous célébrons le glorieux anniversaire! L'Église nous invite à le faire avec une grande joie et une grande solennité. Cum jucunditate nativitatem beatæ Mariæ solemniter celebremus (Off. à laudes), parce que sa naissance a été un sujet de joie et de bonheur pour tout l'univers pour les anges du ciel, dont elle devait être la Reine; pour les justes des limbes, dont elle devait être la libératrice; pour toute la famille d'Adam, dont elle devait être la réparatrice et la Mère: Nativitas tua, Dei Genitrix, annuntiavit gaudium universo mundo (A vêpres).

[ocr errors]

APPLICATIONS. Comment pouvons-nous répondre à l'invitation de l'Église, manifester notre joie d'une manière agréable à Marie? 1° en la saluant comme l'aurore du soleil de justice, comme notre Reine, notre libératrice, notre Mère, désireux d'être à jamais au nombre de ses plus dévoués serviteurs, de ses plus affectionnés enfants;2o en la félicitant des faveurs exceptionnelles dans l'ordre de la nature et de la grâce dont Dieu l'orna dès l'instant

de sa naissance, faveurs supérieures à toutes celles que recevront jamais les plus grands Saints; - 3o en promettant de nous efforcer d'étendre son culte et de lui devenir semblables par la pureté et la sainteté de notre vie.

AFFECTIONS. Sainte Marie, cause de notre joie, priez pour nous. Causa nostræ lætitiæ, ora pro nobis. (Litan.) RÉSOLUTIONS. Témoigner, durant ce jour, notre joie, de la manière qu'il vient d'être dit.

II. POINT.

NATIVITÉ DE MARIE, SUJET DE NOTRE ESPÉRANCE. CONSIDÉRATIONS. Les sujets d'une bonne reine voient approcher avec une grande joie l'anniversaire de sa naissance, parce qu'ils espèrent que ce jour sera signalé par quelques grandes faveurs, par des largesses extraordinaires; et il est rare que leurs espérances soient déçues. Cependant les ressources des reines les plus puissantes de la terre sont limitées; leurs largesses et leurs faveurs doivent l'être aussi. Il leur est impossible de satisfaire les vœux de tous..... Il n'en est pas ainsi de Marie. Jésus l'a établie la dispensatrice de ses grâces, fruit des mérites infinis de sa Passion et de sa mort. Marie peut toujours puiser à pleines mains dans ce trésor, sans crainte de jamais l'épuiser; elle peut donc toujours donner sans garder aucune mesure. Nous savons d'ailleurs que, nous aimant comme la plus tendre des mères, elle se plaît à donner sans mesure... Que ne devons-nous pas espérer en ce jour ?

[ocr errors]

APPLICATIONS. Recourons donc aujourd'hui à Elle avec la plus entière confiance. Demandons beaucoup : beaucoup pour nous, beaucoup aussi pour les autres; pour tous les

« PreviousContinue »