Page images
PDF
EPUB

cours où Lothaire désigne ainsi les vassaux du roi : « Ces « hommes habiles dans les conseils, élevés par la puissance « royale, distingués par les honneurs, qui furent toujours les « premiers et les plus illustres du palais. »

VI. La preuve que tous les concessionnaires des bénéfices royaux, démembrés des biens des églises et du fisc, se recommandaient entre les mains des rois, pour recevoir l'investiture de ces bénéfices, résulte :

1°. D'un diplôme de Charlemagne; il marque que les bénéfices substitués, donnés par les rois sur les biens de l'église du Mans, ne passaient aux héritiers des substitutions, qu'à condition que ceux-ci se recommanderaient entre les mains du roi;

2°. D'un ouvrage d'Hincmar; il rapporte que le fils du possesseur d'un bénéfice donné par le roi sur les biens de l'église de Reims, fut « recommandé à Charles-le-Chauve, « pour recevoir les bénéfices de son père; »

30. Des lettres d'Éginhard ; elles supposent que pour recevoir tout bénéfice royal vacant, « il faut se recommander « entre les mains du roi, » et que les héritiers des substitutions des bénéfices fiscaux, doivent aussi cette recommandation

pour recevoir l'investiture des bénéfices de leurs prédécesseurs;

4. D'un diplôme de Charlemagne, d'un autre de Louisle-Pieux, d'un troisième de Charles-le-Chauve, déjà cités; ils présentent trois recommandations successives pour le même bénéfice royal, et à chaque recommandation une nouvelle in vestiture.

VI.-10. Quando... qui sæpe diclæ 3°. Pro quodam amico et familiare ecclesiæ beneficia nostra largitione meo... fidele vestro pietati vestræ suphabent, de hoc sæculo, infantibus plicare volo ut cum suscipere dignemasculis non natis, vel nobis non com- mini, et quando in vestras manus se mendatis, inigraverint; jam dictus commendaverit, aliquam consolatiopontifcx... in potestatem præfixæ ec- nem ei faciatis de beneficiis quæ... clesiæ... revocare faciant. (Extr. du aperta esse noscuntur. (Extr. de la diplôme 23 de Charlemagne. D. Bou- lettre d'Éginhard. D. Bouquet, t. VI, quet, t. V, p. 757.)

29. Dedit Carolus Donato in bene- 30. Voyez deux lettres d’Éginbard, ficium Novilliacum ... commendavit la première au chap. IX de ce livre, Donatus filium suum Gotselinum

art. II, no 1; la deuxième au chap. X, Carolo regi, cuị in beneficium dedit art. I, no 3. Carolus villám Novilliacum. ( Extr. 4o. Voyez les extraits de ces docude la notice sur la terre de Neuilli. ments cités au chap. IX dc ce livre, OEuvres d'Hincmar, t. II , p. 833.) art. I, n° 2.

p. 383.)

[ocr errors]

VII. La preuve que tous les bénéficiers des églises, et comme eux les héritiers des substitutions de leurs bénéfices devaient se recommander entre les mains des possesseurs ecclésiastiques dont leurs bénéfices dépendaient, pour en recevoir l'investiture, résulte :

1°. D'une lettre d'Hincmar; elle rapporte qu'un vassal de l'église de Laon reçut un bénéfice de l'évèque, et en jouit d'après la recommandation;

2o. Des actes du troisième concile de Tours; ils mettent en fait que l'obligation de se recommander aux évêques était imposée aux héritiers des substitutions des bénéfices de reprise pour pouvoir en conserver la jouissance après le décès de leurs parents.

VIII. La preuve que tous ceux qui recevaient des bénéfices des grands et des simples possesseurs d'alleux, étaient obligés de se recommander entre les mains de ces seigneurs pour recevoir l'investiture de leurs bénéfices, résulte d'une charte de Louis-le-Pieux, déjà citée; elle fait mention de plusieurs hommes libres qui ont fait cette recommandation à des comtes, à d'autres vassaux royaux, à de simples hommes libres, et elle enjoint à ces citoyens de servir les seigneurs, qu'ils se sont ainsi donnés « suivant l'usage du royaume, suivant l'usage des Francs. »

IX. La preuve que le titre de vassal était commun à tous les bénéficiers , et le titre de seigneur propre à tous ceux qui avaient des vassaux, est comprise essentiellement dans les autorités citées jusqu'ici sur les engagements féodaux ; pour la rendre plus sensible, on citera :

1°. Des capitulaires et chartes de Charlemagne et de Louis-lePieux qui, en traitant généralement des bénéfices, se servent

VII.- 1°. Quasdam etiam res præ- le-Pieux, au chap. X de ce livre, dictus episcopus filio Nortmanni sibi art. II, no 1. commendato in beneficium dedit, IX. --10. Beneficia quæ nostri et quas ab eo receptas tenet. (Extr. aliorum homines habere videntur. d'une lellie il timomar au pape (Exlr. d'un capituluire de l'an 807, Adrien 11. D. Bouquet, t. VII, chap. 7. Baluze, t. I, p. 460.)

Præcipiendum nobis videtur, ut 30. Voyez l'extrait des Actes du post nostrum ab hac mortalitate distroisième concile de Tours, au cessum, homines uniuscujusque eochap. IV de ce livre, art. Jer, no 2. rum accipiant beneficia unusquisque VIII. Voyez une charte de Louis- in regno domiui sui, et non in alte

p. 541.)

de ces expressions : « Les bénéfices que nos hommes et les « hommes des autres possèdent, » et parlent partout généralement « de chaque vassal, de chaque homme; »

2°. D'une lettre d'Hincmar de Laon à Charles-le-Chauve, des Annales de Saint-Bertin ; ils rapportent les engagements d'Hincmar envers Charles-le-Chauve, et des évêques et d'autres grands du royaume envers Louis-le-Bègue ; les évèques et les grands se recommandent comme hommes ou vassaux, en même temps qu'ils se soumeltent comme sujets ;

3o. Et enfin un passage de Paschase Ratbert, qui montre que

les enfants des rois se liaient envers eux par les serments féodaux, et portaient le titre de leurs vassaux.

rius. (Extr. d'une charle de clivision commendaverunt, profitentes secunde Charlemagne, chap. 9. Baluze, dum suum scire et posse, juxta suum t. I, p. 443.)

ministerium, consilio et auxilio illi Præcipiendum ... nobis videtur ut fideles fore. Abbates autem , et regoi post decessum nostrum uniuscujusque primores... se illi commendaverunt, vasallus tantum in potestate domini et sacramentis secundum morem fidesui heueficium ... habeat, et non in litatem promiserunt. (Ertr. des Analterius. (Extr. de la charte première nales de saint Bertin, de l'an 877. de division de Louis-le-Pieux, chap.9. D. Bouquet, t. VIII, p. 268 et 27.) Baluze, t. I, p. 556.)

Commendatio.., episcoporum. Me 2°. Ego Hincmarus Laudunensis ec- ac ecclesiam mihi commissam vobis clesiæ episcopus... domno seniori meo commendo ad debitam legem et justiKarolo regi sic fidelis et obediens se- tiam conservandam, et defensionem cundum ministerium meum ero, sicut exbibendam, sicut rex episcopis echomo suo seniori, et episcopus per clesiæ suæ justo judicio conservare et rectum suo regi esse debet. (Extr. exhibere debet. d'une lelire d'Hincmar de Laon à Professio ipsorum. Ego ille ipse sic Hincmar de Reims. OEuvres d'Hinc- profiteor : de ista die et deinceps isti mar de Reims, t. II, p. 350.)

seniori et regi meo ...

secundam... Les expressions de ce serment sont meum ministerium ... sicut episcopus rappelées mot à mot dans les Annales recte seniori suo debitor est. (Extr. de saint Bertin, D. Bouquet, t. VII, des Annales de saint Bertin, de P. 108, et dans les Actes du concile de l'an 878. D. Bouquet, t. VIII, p. 27.) Douzi, troisième partie ; réponse des 30. Mementote, inquit, etiam quod évêques à l'accusation du roi arles, mei vasalli estis, mibique cum jurachap. 10, p. 246.

mento fidem firmastis. (Extr. de la VI idus decembris... coronatus est Vie de l'abbé Wala, par Paschase in regem Ludovicus ab Hincmaro ... Ratbert, de l'an 835. Actes des Saints episcopo : et episcopi se suasque ec- de l'ordre de Saint-Benoît, quatrième clesias illi ad debitam defensionem et siècle, ire partie, liv. 11, p. 512.) canonica privilegia sibi servanda

CHAPITRE XII.

Du devoir des vassaux de renouveler l'hommage à chaque mutation

de seigneur.

La preuve que

les vassaux des rois étaient obligés de renouveler leurs recommandations envers chaque nouveau monarque, s'ils ne voulaient perdre l'honneur qu'ils tenaient de la couronne,

résulte : I'. Des autorités citées sur la recommandation du duc Tassillon ; on y voit que ce duc ne peut se refuser à se recommander à Charlemagne, devenu roi, après s'être recommandé à Pépin, son prédécesseur ;

2°. De trois lettres d'Éginhard; elles supplient Louis-lePieux de ne point priver de leurs bénéfices les vassaux de Charlemagne, qui n'ont pu encore venir en personne se recommander au nouveau monarque;

3o. De la vie de Louis - le - Pieux, par l'Astronome; on y voit

que l'un des principaux conseillers de Charlemagne « se recommanda à Louis- le - Pieux , suivant l'usage des « Francs ; »

4o. Des Annales de saint Bertin et des écrits de l'Astronome; ils marquent que Charles-le-Chauve, ayant recueilli successivement différentes parties du royaume, et réuni enfin, après la

Cu. XII.-1'. Voyez les autorités ci- 40. Annuente Ludovico, et missis tées sur la recommandation de Tassil. Pippini, omnique populo , qui prælon, an chap. X de ce livre, art. Ier, n°1. sentes in Aquis palatio adesse jussi

2. Vassus dominicus... volebat ve- fuerant , dedit filio suo Carolo maxinire ad ... imperatorem : sed non po- mam Beigarum partem ... omnes... tuit propterinfirmitatem suam. Quum episcopatus , abbatias , comitatus, primum potuerit, veniet ad servitium fiscos, et omnia intra prædictos fines ejus. Interim postulat ut sibi liceat consistentia, cum omnibus ad se perbeneficium suum habere, quod ei dom. tinentibus, in quacumque regione nus Carolus imperator dedit in Bur- consistant. Sicque jubente imperagundia ... usque dum ille ad præsen- tore, in sui præsentia episcopi, abbaiiam ejus venerit, ac se in manus ejus tes, comites, et vassalli dominici in commendaverit. ( Extr. de la lettre 27 memoratis focis beneficia habentes, d'Éginhard. D. Bouquet, t. VI, Carolo se commendaverunt, et fide

litatem

firmaverunt , Voyez deux autres lettres d'Egin- (Exlr. des Annales de saint Bertin. hard, l'une au chap. IX de ce livre, de l'an 837. D. Bouquet, t. VI, p. 199.) art. II, n° 1; l'autre au chap. X, Imperator... indixit generalem conart. Jer, no 3.

ventum... in Carisiaco... Ubi domnus 30. Voyez un passage de l'Astro- imperator filium suum Carolum ... nome, au chap. X de ce livre, art. Ier, ense cinxit, corona regali caput insideuxième autorité.

gnivit... Neustriam, attribuit ... Et

p. 375.)

sacramento

n° 2,

mort de son père et de ses frères, la totalité de l'empire franc, recevait dans chacun des royaumes qui passaient sous sa puissance les engagements et recommandations féodales des évêques, abbés, comtes, vassaux royaux, ayant bénéfice en son domaine ; les Annales de saint Bertin témoignent encore que Louis-le-Bègue, et après lui, ses fils reçurent à leur couronnement de semblables recommandations de leurs vassaux ecclésiastiques et laïques.

OBSERVATION. L'abbé de Mabli a avancé contre le système établi ici , que les institutions féodales se formerent sous Charles Martel ; il a dit encore que le titre de vassal était si récent et si avili sous les premiers carliens, que les premières familles de l'état se croyaient déshonorées quand leurs membres acceptaient des bénéfices royaux.

L'abbé de Mabli n'a point donné de preuves de la première partie de son système, et n'a appuyé la seconde partie que d'un exemple isolé, emprunté d'un écrivain peu accrédité du treizième siècle *; un seul exemple, susceptible de plus d'une interprétation, un exemple particulier, recueilli plusieurs siècles après par un seul auteur, ne peut prouver un système général. Enfin, les preuves par lesquelles nous avons établi

que

les institutions féodales commencèrent avec la monarchie, que le titre de vassal fut commun en tout temps à tous les possesseurs de fiefs, et fut porté par les premiers citoyens de præsentes quidem Neustriæ provin- Voyez les Annales de saint Berciæ primores Carolo manus dederunt, tin, au chapitre précédent, art. IX, et fidelitatem sacramento obstrinxe- n° 2 , deuxième autorité. runt: absentium autem quisque post- Filii ... Ludovici ... reversi sunt ea itidem fecit. (Exlr. de la Vie de Ambianis civitatem... regnum paterLouis-le-Picux, par l' Astronome, de num inter se diviserunt... et qui que l'an 838, chap. 59. D. Bouquet, t. VI, de proceribus ... in cujus divisione p. 121.)

honores haberent, illi se commendaVeniens... usque Viridunum, plu- runt. (Estr. des Annales de saint rimos de endem regno, sed et Hatto- Berlin, de l'an 880. D. Bouquet, nem ipsius civitatis episcopum, et t. VIII, p. 35.) Arnulphum Tullensis urbis episco- L'ouvrage cité par l'abbé de pum sibi se commendantes suscepit. Mabli, et qu'il ne nomme pas, est la Indeque Mettis ... veniens, adven- chronique du moine de Weingarten, tium ipsius civitatis præsulem, et ou Histoire des princes guelses, écrite Franconem Tungrensem episcopum, à la fin du douzième siècle. C'est dans cum multis aliis, in sua commenda- l'ouvrage de M. le comte de Buat sur tione suscepit. ( Extr des Annales de les Origines que l'on trouve cette insaint Bertin, de l'an 869. D. Bouquet, dication, t. I, p. 229 et 261. t. VII, p. 104.)

« PreviousContinue »