Page images
PDF
EPUB

Commission qui l'a trouvé digne de son attention. M. le Ministre des finances lui-même lui a paru disposé à l'approuver. L'un et l'autre ont exprimé le désir d'un sursis qui leur permit de l'examiner mûrement. L'orateur vient donc demander que le vote des amendements relatifs à la quolile des versements soit suspendu. Sans entrer dans de longs développements, il sera connaitre dès à présent son amendement, et il en indiquera les motifs.

L'article premier dela Commission est ainsi conçu :

« Continueront à être admis aux Caisses d'épargne, les versements d'un franc à trois cents francs, sous la condition que le crédit, en capital, de chaque déposant, ne pourra étre augmenté de plus de trois cents francs dans un intervalle de trois mois. »

L'orateur maintient cet article et y ajoute les dispositions suivantes :

« Ces sommes seront portées, suivant la domande du déposant, soit à un compte courant, soit à un compte à échéance fixe.

Art. 2. Un compte courant ne pourra jarhals tre orediteur de plus de 500 fr. en capital. -- 1 11 0 1 101 , 4 /() { } }}) }},{", )) in 191] id for the Art. 3, 0.14,82 s. 11.noia

«Les sommes reçues à un compte à échéance, fixe pourront s'élever à 2,000 fr., y compris l'accumulation des intérêts ; chaque versement effectué à ce compte, deyra étre par coupons de 100, 200, ou 300 m.

iul Jud.11, db bewaal

Art. 4. 7.1 .

a la a Les retraits, d'un compte courant continueront à avoir lieu quinze jours après la demande du déposante boble11,wp

11 Art, 5, 1, 1 t. 112.4 110 11 Les sommes portées au crédit d'un compte à échéance fixe seront remboursées à six mois de date; à partir du jour du versement. Toutefois, ces sommes, sur la demande du i déposant, qui deyra avoir lieu quinze jours avant leur

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

échéance, pourront être laissées en tout ou en partie au même compte, avec prolongation d'une nouvelle échéance de six mois. Celle prolongation aura lieu de droit, și le déposant n'a pas, dix jours après l'échéance, usé de la faculté d'être remboursé, a

On voit par cette simple lecture, dans quel sens est la proposilion. Par l'établissement du compte courant, l'auteur maintient jusqu'à concurrence de 500 fp, toutes les dispositions de la législation actuelle à l'égard des dépo. sants. Les versements peuvent s'effectuer de 1 à 300 fr. par semaine, et les remboursements ont lieu quinze jours après la demande du déposant. Au-delà de 500 fre, les versements sont effectués au compte à échéance fixe.

Pour justifier les dispositions nouvelles créées par ce compte, il croit utile de rappeler ce qui est constamment pratiqué, dans l'intérêt de notre crédit, pour les dettes contraclées par l'Etat. On a toujours évité avec raison de mettre le Trésor sous l'obligation d'un remboursement immedjat de sommes considérables; c'est aiosi que, tout en plaçant une dette flottante auprès de la dette consolidée, on a eu sein de réduire celle première toutes les fois qu'elle passe une certaine limite. Bien mieux encore, on évite de créer pour la delte flottante des valeurs payables à vue, car, tous les bons du Trésor qui sont émis dans ce but sont payables à époques fixes de six mois et un an. C'est ce dernier système qui lui parait susceplible d'être utilement appliqué aux caisses d'épargne.

Qu'on ne perde pas de vue que cette belle institution a été principalement créée en vue des ouvriers dont les économies ne peuvent être réalisées que par petites sommes, et non pour les personnes qui, ayant une plus grande ai. sance, tropyeraient très-cammode de se servir des caisses d'épargne comme d'une caisse de dépôt profitable à leur commerce. C'est uniquement pour les premiers qu'il admet cette iostitution; et la limite de 500 fr. attribuée au compte courant, suffira pour leurs besoins de versement ou de remboursement. D'un autre côté, on doit tenir compte des faits produits depuis l'origine de cette création. A cette époque, des préjugés subsistaient; les bienfaits de cette in. stitution n'étaient pas suffisamment compris; il fallait, en

quelque sorte, attirer les déposants par une prime d'encouragement; d'un autre côté, cette prime, dans le début, était légère, puisque le Trésor ne se trouvait débiteur que de sommes d'une faible importance.

Aujourd'hui, au contraire, les habitudes sont prises, les déposants reconnaissent les avantages qui lui sont offerts, et les modifications proposées ne seraient pas de na: ture à les en éloigner. Le Trésor, d'un autre côté, est débiteur de près de 400 millions, dont le remboursement, dans un moment donné, pourrait être immédiat.

La prudence, aussi bien que l'opinion émise par toutes les Commissions de finances, demandent que cette situation dangereuse soit allénuée. C'est précisément ce bien que la proposition pourrait atteindre par la création des comptes à échéance fixe, sans porter le moindre préjudice aux déposants. L'intérêt continuerait, comme par le passé, à leur elré payé à 4 pour 100 sur toutes les sommes versées.

Après avoir épuisé, en cas de besoin, toutes les sommes dont ils seraient créditeurs à leurs comptes courants, ils trouveraient encore, à leur compte à échéance fixe, des sommes disponibles, à des dates rapprochées et successives ; par cette combinaison , le reproche adressé à la loi que l'on discute en ce moment, disparaîtra en partie ; ce reproche consiste à voir le Trésor exposé, en cas de crise, à un remboursement considérable qui serait exigible le même jour, puisque la panique conduirait chaque déposant à faire usage simultanément de la faculté d'exiger son remboursement à deux mois de date. Ils feraient d'autant plus usage de cette faculté, même dans une circonstance pcu grave, qu'ils resteraient libres de ne pas recevoir leur remboursement, n'ayant qu'une perte de dix jours d'intérêt. Avec son amendement, au contraire, le Trésor n'aurait rien à redouter de pareil, puisque les échéances se trouveraient fixées par les jours des versements, ce qui les échelonnerait presque régulièrement.

Cette fixation à six mois de date a des avantages incon. testables sur les six mois de vue qui avaient été primitivement deinandés dans le sein de la Commission administra. tive.

La Chambre ne pouvant pas se prononcer actuellement;

il n'étendra pas davantage ses développements, mais il croit en avoir dit assez pour démontrer que ce système exercerait sur le projet de loi actuel on changement irop notable pour qu'il n'y ait pas lieu d'entendre la Commission avant de le soumettre à une décision de la Chambre.

M. LE RAPPORTEUR dit que la Commission n'a pu se former encore une opinion sur l'amendement dont elle n'a eu connaissance que ce matin même : elle demande que cet amendement lui soit renvoyé. Il y a dès lors nécessité de surseoir au vole des amendements qui ont pour but de fixer la quotité des versements.

M. le Rapporteur prie la Chambre de différer sa décision sur l'art. 1er et sur les amendements qui s'y rattachent.

UN MEMBRE demande que la Chambre décide du moins la question relative aux versements de 1 à 300 fr. Il lui semble qo'à cet égard aucune objection n'est faite.

M. LE RAPPORTEUR répond que c'est l'état actuel de la législation, et qu'il est inutile de mettre en discussion un point qui n'est autre chose que le maintien de la législation de 1837.

M. LE PRÉSIDENT pense que la conséquence du renvoi demandé par la Commission, est l'impossibilité actuelle de délibérer sur les divers articles de la première partie du projet de loi; mais il lui semble que l'on pourrait, dès à présent, discuter la deuxième partie du projet, c'est-à-dire les art. 10 et suivants, qui ont pour but d'autoriser les déposants à recevoir de la rente 4 pour 100.

UN MEMBRE croit que l'amendement qui vient d'être inopinément soumis à la Chambre , affecte toutes les parties du projet de loi; mais il fera remarquer que l'idée domipanie de cet amendement peut se résumer en un point : création de deux comptes, l'un courant, l'autre à échéauce fixe. Or, il lui semble que l'on pourrait, dès à présent, discuter cette question.

quelque sorte, attirer les déposants par une prime d'encouragement; d'un autre côté, cette prime, dans le début, était légère, puisque le Trésor ne se trouvait débiteur que de sommes d'une faible importance.

Aujourd'hui, au contraire, les habitudes sont prises, les déposants reconnaissent les avantages qui lui sont offerts, et les modifications proposées ne seraient pas de na: ture à les en éloigner. Le Trésor, d'un autre côté, est débiteur de près de 400 millions, dont le remboursement, dans un moment donné, pourrait être immédiat.

La prudence, aussi bien que l'opinion émise par toutes les Commissions de finances, demandent que cette situation dangereuse soit allénuée. C'est précisément ce bien que la proposition pourrait atteindre par la création des comptes

échéance fixe, sans porter le moindre préjudice aux déposants. L'intérêt continuerait, comme par le passé, à leur elre payé à 4 pour 100 sur toutes les sommes versées.

Après avoir épuisé, en cas de besoin, toutes les sommes dont ils seraient créditeurs à leurs comptes courants, ils trouveraient encore, à leur compte à échéance fixe, des sommes disponibles, à des dates rapprochées et successives ; par cette combinaison, le reproche adressé à la loi que l'on discute en ce moment, disparaîtra en partie; ce reproche consiste à voir le Trésor exposé, en cas de crise, à un remboursement considérable qui serait exigible le même jour, puisque la panique conduirait chaque déposant à faire usage simultanément de la faculté d'exiger son remboursement à deux mois de date. Ils feraient d'autant plus usage de cette faculté, même dans une circonstance peu grave, qu'ils resteraient libres de ne pas recevoir leur remboursement, n'ayant qu'une perte de dix jours d'intérêt. Avec son amendement, au contraire, le Trésor n'aurait rien à redouter de pareil, puisque les échéances se trouveraient fixées par les jours des versements, ce qui les échelonnerait presque régulièrement.

Cette fixation à six mois de date a des avantages incontestables sur les six mois de vue qui avaient été primitivement deinandés dans le sein de la Commission administra. tive.

La Chambre ne pouvant pas se prononcer actuellement;

« PreviousContinue »