Page images
PDF
EPUB

>

a

Saint-Clair fon client, ensuite de l'absence de Soligny son fils, pour leur faire soutenir ou pour soutenir en leur nom une mauvaise cause. Son but étoit d'acquérir, en multipliant les frais, la propriété d'une jolie terre appartenante au Marquis. Son projet, après cette acquisition , étoit de deman

der en inariage Rosalie, fille de M. Doldi mont, Capitaine de Vaisseau, fon ancien

ani, dont il a fait élever les enfans, & dont il a géré les affaires pendant les courses maritimes. Une partie de ces desseins a réusli. Il a acheté la terre sous le nom de Dolmont, qui s'est prêré à ce triporage en vrai marin, fans en prévoir les conséquences. Roller a pris pofseflion, & on lui a promis la min de Rosalie. Mais la fille de Dolmont est aimée de Soligny, & elle répond à sa tendreisc. Celui-ci a quitté fon régiment, & s'est travesti en paysan sous le nom de Georget. Thibaut, Jardinier de Roller, & ancien ferviteur de la famille Saint-Clair le fait passer pour fon neveu ; il le ferr de tout son pouvoir contre son nouveau maître. Roller , jaloux, a lu que Rosalie avuit un amant; il voudroit savoir quel est son rival; & il propose à Thibaut d'engager

fon neveu Georger à suivre par - tout Rosalie , afin de le mettre à portée d'éloigner celui qu'on seinble lui préférer. Thibaut & Soligny profitent de l'erreur de Roller. Le vieux fripon devient , fans s'en douter, le prorecteur des feux de son

[ocr errors]
[ocr errors]

>

rival. En conséquence il lui lit une lettre qu'il a reçue dans l'obscurité, & qui étoit destinée à Soligny, & il le charge de s'opposer à l'exécution des projets dont on y parle. Certe lettre donne un rendez-vous à un Amant; le seul moyen de le trou. bler, est de se rendre sur la terrasse, lieu indiqué par la lettre ; on peut monter vir certe terrasse avec une échelle, & Soligny se rend chez sa Maitresse fous les yeux & à l'aide de Rollet, qui tient le pied de l'échelle, de peur que le jeune homme ne fe bletle. Pendant qu'il attend patiemment au bas de la terralle, Dolmont le vient trouver. Tout le village parle de Rollet avec mépris , chacun l'accuse d'avoir trompé le Marquis de Saint-Clair, & d'avoir (polié fa succession. Ces reproches alarment Dolmont, qui le prévient, que s'il est un fripon, que s'il l'a aufli trompé, il en fera juftice. Rollet s'inquiète sérieusement, & imagine de faire servir le faux Georgea à le tirer d'embarras. Il lui propose de pren tre le nom de Soligny, & de fe présenter à Dolmont, en faisant ce qu'il faut pour le convaincre qu'il est un honnête homme, afin de le réfoudre à conclure fon mariage avec Rosalie; Soligny feint de fe prêter à la ruse. Deux mots 'mettent Dolmont au fait du déguifement de Soligny , & lorsque Roller croir avoir trouvé un fantôme de justification, il se trouve devant une accusacion réelle. Honteux, confondu, il prend le parti de

[ocr errors]
[ocr errors]

fuir, & il part au milieu des brocards de ceux qu'il a cru un instant ses vassaux. Soligny retrouve la terre, & il épouse Rosalie.

On a trouvé dans la Musique du 1er. Acte de corte Comédie le talent ordinaire de M. Grériy, celui d'embellir les moindres idées par beauceup d'esprit, de

grace, & par l'art de prêter toujours au langage musical l'exprellion propre à chacun des personnages qu'il fait parler dans les différentes situations où ils se trouvent. On a applaudi une foule de petits airs du chant le plus agréable & le plus gai; on en a fait répéier quelques uns. L'air de bravoure qui commence le second Acte, a paru foible ; il paroît que M. Grétry feroit très-bien de le retirer absolument : s'il ne nuit pas beaucoup à l'action, il lui est parfaitement inutile. Les morceaux de musique qui suivent cet air dans le fecond Acte, ont paru moins saillans que ceux du preinier; cela peur provenir de la grande gaité du morceau qui termine celuici. En général, c'est une composition encore forr estimable à bien des égards, & propre à prouver que les ressources dramatiques de M. Grétry font loin d'être épuisées.

Quanrà la Pièce, l'intrigue n'en est pas bien neuve; mais les incidens en sont piquaus, la muche en est raisonnable, & le style en est soigné. Il y a de la gaîté dans les situations & dans les mots; & nous prions quelques Auteurs de ce Théatre d'observer que

[ocr errors]

ce n'est point en terminant ses couplets par des idées graveleuses, que M. Forgeot a su leur communiquer de la gaîté. C'est du fond des choses & du sein des ficuations qu'un Auteur doit tirer ses plaisanteries; & celui qui ne peut parvenir à exciter le rire des Spectareurs qu'en ainenant, tant bien que mal, des jeux de mots ou des équivoques dont la décence peut s'effaroucher, ne préfente

pas les ressources de son esprit sous une face bien avantageuse. M. Forgeot eit un des Ecrivains qui ont travaillé pour le Thérre Italien, dont la Mufe est la plus étrangère au con graveleux, devenu fi fort à la mode , & ses productions annoncent toujours un homme d'esprit & un homine de goût.

ANNONCES ET NOTICES.

MÉMOIRE

ÉMOIRE sur l'amélioration de la Sologne, par M. d'Autroche, Membre de la Société Royale d'Agriculture d'Orléans. Brochure in-8°. de 82 pages. A Parts , chez la veuve Valade, Imp.-Lib. fue des Neyers.

La Société Royale de Physique, d'Histoire Natureile & des Arts d'Orléans, ne pouvoit lignáler plus dignement son nouvel établissement, qu'en portant d'abord ses regards patriotiques vers une Province voisiņe, dont le nom seul réveille l'idée de la pauvreté & de la misère ? Pourroic-clle meriter micux de ses Concitoyens, qu'en invitant par des Prix, à indiquer » par quel genre de culture » ou d'industrie on pourroit améliorer le sol de la » Sologne Orléanoile, & augmenter son produitc?

Le Mémoire que nous annonçons est traité d'une manière intéressante, quelquefois brillante ; il annonce des vûes sages, & peut être d'une grande utilité. M d'Autroche a traduit presque cout Horace en beaux vers ; & fa manière d'éerire en prose trahit son long commerce avec les ineilleurs Ecrivains,

Ele , ou les Illusions die caur traduit de l'anglois ; ic-12. A Paris, chez Lagrange, Lib. rus $. Honoré, vis-à-vis le Palais-Royal,

BIBLIOTHÈQUE Universelle des Dames. A Paris, l'uc & Hôtel Serpente,

Il vient de paroître de cette interesante Collection lc 20e. Volume de l'Histoire , & te jer de la Physique générale , pat. M. Sigaud de la Fond.

La Souscription pour les 24 Volum, reliés, est de 72 liv., & de 54 liv. brochés,

rue

[ocr errors]

COLLECTION Universelle des Mémoires relatifs à l'Histoire de France ; Teme XXXIX, in-8°. A Londres ; & se trouve à Paris, Hôtel Serpente.

Ce Volume contiene la fin des Mémoires de Fraaçois de Rabutin, & le commencenient de ceux de Bertrand de Salignac.

Le prix de la Souscription de ce précieux Recueil est de 48 liv. pour 12 Volumes. Les Souscripteurs de Province payeront de plus 7 liv. 46. à caufe des frais de Pofte.

« PreviousContinue »