Page images
PDF
EPUB

Cette disposition aura son exécution à dater du jour où le condamné aura subi sa peine.

Si le condamné enfreint cet ordre avant l'expiration du temps fixé, il sera puni du bannissement. P. 8 1o, 28, 32, 48.

230. Les violences de l'espèce exprimée en l'article 228, dirigées contre un officier ministériel, un agent de la force publique, ou un citoyen chargé d'un ministère de service public, si elles ont eu lieu pendant qu'ils exercaient leur ministère ou à cette occasion, seront punies d'un emprisonnement d'un mois à six mois. P. 40 s., 224, 231, 233.

231. « Si les violences exercécs contre les fonctionnaires et agents désignés aux articles 228 et 230, ont été la cause d'effusion de sang, blessures ou maladie, la peine sera la réclusion ; si la mort s'en est suivie dans les quarante jours, le coupable sera puni des travaux forcés à perpétuité. » (L. 28 avril 1832.) P. 7 2° 6°, 15, 18, 21, 28, 47, 232, 309 s.

232. Dans le cas même où ces violences n'auraient pas causé d'effusion de sang, blessures ou maladie, les coups seront punis de la réclusion, s'ils ont été portés avec préméditation ou de guel-apens. P. 7 6", 21, 28, 47, 228, 230, 231, 233, 297, 298, 309 s.

233. «Si les coups ont été portés ou les blessures faites à un des fonctionnaires ou agents désignés aux articles 228 et 230, dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de leurs fonctions, avec intention de donner la mort, le coupable sera puni de mort. » (L. 28 avril 1832.) P. 7 10, 12, 295, 304, 309 s.

S III. Refus d'un service légalement, 234. Tout commandant, tout officier ou sous-officier de la force publique qui, après en avoir été légalement requis par l'autorité civile, aura refusé de faire agir la force à ses ordres, sera puni d'un emprisonnement d'un mois à trois mois, sans préjudice des réparations civiles qui pourraient être dues aux termes de l'article 10 du présent Code. C. 1149, 1382. Pr. 146, 545. - 1. cr. 25, 99, 106, 576. — P. 40 s., 209, 235, 236.

235. Les lois pénales et règlements relatifs à la conscription militaire continueront de recevoir leur exécution.

236. Les témoins et jurés qui auront allégué une excuse reconnuc fausse, seront condamnés, outre les amendes prononcées pour la non-comparution, à un emprisonnement de six jours à deux mois. I. cr. 80, 81, 86, 157, 158, 189, 304, 396 à 398.-P. 939, 40 s., 52.

S IV. Évasion de détenus, recèlement de criminels. 237. Toutes les fois qu'une évasion de détenus aura lieu, les huissiers, les commandants en chef ou en sous-ordre, soit de la gendarmerie, soit de la force armée servant d'escorte ou garnissant les postes, les concierges, gardiens, geôliers, et tous autres préposés à la conduite, au transport ou à la garde des détenus, seront punis ainsi qu'il suit. I. cr. 603 s.

238. Si l'évadé était prévenu de délits de police, ou de crimes simplement infamants, ou s'il était prisonnier de guerre, les préposés à sa garde ou conduite seront punis, en cas de négligence, d'un emprisonnement de six jours à deux mois; et en cas de connivence, d'un emprisonnement de six mois à deux ans. C. 1383.–1. cr. 138, 179. — P.8,40 s., 59 s.

Ceux qui, n'étant pas chargés de la garde ou de la conduite du détenu, auront procuré ou facilité son evasion, seront punis de six jours à trois mois d'emprisonnement. P.40 s., 239 s.

239. Si les détenus évadés, ou l'un d'eux, étaient prévenus ou accusés d'un crime de nature à entraîner une peine afflictive à temps, ou condamnés pour l'un de ces crimes, la peine sera, contre les préposés à la garde ou conduite, en cas de négligence, un emprisonnement de deux mois à six mois; en cas de connivence, la réclusion. P. 74° 5° 6°, 21, 28, 40 s., 47, 59 s., 238, 240 s.

Les individus non chargés de la garde des détenus, qui auront procuré ou facilité l'évasion, seront punis d'un emprisonnement de trois mois à deux ans. P. 40 s., 246.

240. Si les évadés, ou l'un d'eux, sont prévenus ou accusés de crimes de nature à entraîner la peine de mort ou des peines perpétuelles, ou s'ils sont condamnés à l'une de ces peines, leurs conducteurs ou gardiens seront punis d'un an à deux ans d'emprisonnement, en cas de négligence, et des travaux forcés à temps, en cas de connivence. P.7 1° 2° 3° 4°, 15, 19, 28, 47, 59 s., 238, 239, 241 s.

Les individus non chargés de la conduite ou de la garde qui auront facilité ou procuré l'évasion, seront punis d'un emprisonnement d'un an au moins et de cinq ans au plus. P. 40 s., 246.

241. Si l'évasion a eu lieu ou a été tentée avec violences ou bris de prison, les peines contre ceux qui l'auront favorisée en fournissant des instruments propres à l'opérer, seront, au cas que l'évadé fût de la qualité exprimée en l'article 238, trois mois à deux ans d'emprisonnement; au cas de l'article 239, deux à cinq ans d'emprisonnement; et au cas de l'article 240, la réclusion. P. 769, 21, 28, 40 s., 47, 59 s., 242, 243, 245.

242. Dans tous les cas ci-dessus, lorsque les tiers qui auront procuré ou facilité l'évasion y seront parvenus en corrompant les gardiens ou geộliers, ou de connivence avec eux, ils seront punis des mêmes peines que lesdits gardiens et geôliers. P. 59 s., 238 s.

243. Si l'évasion avec bris ou violence a été favorisée par transmission d'armes, les gardiens et conducteurs qui y auront participé seront punis des travaux forcés à perpétuité; les autres personnes, des travaux forcés à temps. P. 7 2° 4°, 15, 18, 19, 28, 47, 59 s., 101, 238 s., 245.

244. Tous ceux qui auront connivé à l'évasion d'un détenu seront solidairement condamnés, à titre de dommages-intérêts, à tout ce que la partic civile du détenu aurait eu droit d'obtenir contre lui. C. 1149, 1200, 1382. 1. cr. 1,66. — P. 10, 52, 238 s., 245 s.

245. A l'égard des détenus qui se seront évadés ou qui auront tenté de s'évader par bris de prison ou par violence, ils seront, pour ce seul fait, punis de six mois à un an d'emprisonnement, et subiront cette peine immédiatement après l'expiration de celle qu'ils auront encourue pour le crime ou délit à raison duquel ils étaient détenus, ou immédiatement après l'arrêt ou jugement qui les aura acquittés ou renvoyés absous dudit crime ou délil; le tout sans préjudice de plus fortes peines qu'ils auraient pu encourir pour d'autres crimes qu'ils auraient commis dans leurs violences. I.cr.358, 361.-P. 40 s., 220, 241, 243.

246. Quiconque sera condamné, pour avoir favorisé une évasion ou des tentatives d'évasion, à un emprisonnement de plus de six mois, pourra,

en outre, être mis sous la surveillance spéciale de la haute police, pour un intervalle de cinq à dix ans. P. 44, 50, 239, 240.

247. Les peines d'emprisonnement ci-dessus établies contre les conducteurs ou les gardiens, en cas de négligence seulement, cesseront lorsque les évadés seront repris ou représentés, pourvu que ce soit dans les quatre inois de l'évasion, et qu'ils ne soient pas arrêtés pour d'autres crimes ou délits commis postérieurement. P. 238, 239, 240.

248. Ceux qui auront recélé ou fait: recéler des personnes qu'ils savaient avoir commis des crimes emportant peine afflictive, seront punis de trois mois d'emprisonnement au moins et de deux ans au plus. P.7, 40 s., 62, 63.

Sont exceptés de la présente disposition les ascendants ou descendants, époux ou épouse même divorcés, frères ou seurs des criminels recélés, ou leurs alliés aux mêmes degrés. C. 728, 735 s. — 1. cr. 156. – P. 380, 463.

$ V. Bris de scellés et enlèvement de pièces dans les dépôts publics. 249. Lorsque des scellés apposés, soit par ordre du Gouvernement, soit par suite d'une ordonnance de justice rendue en quelque matière que ce soit, auront été brisés, les gardiens seront punis, pour simple négligence, de six jours à six mois d'emprisonnement. C. 1383. – Pr. 907 s. — I. cr. 37, 38. — P.40 s., 250 à 253, 256.

250. Si le bris des scellés s'applique à des papiers et effets d'un individu prévenu ou accuse d'un crime emportant la peine de mort, des travaux forcés à perpétuité, ou de la déportation, ou qui soit condamné à l'une de ces peines, le gardien négligent sera puni de six mois à deux ans d'emprisonnement. P. 7 1° 2° 3°, 40 s., 249, 251 s.

251. Quiconque aura, à dessein, brisé des scellés apposés sur des papiers ou effets de la qualité énoncée en l'article précédent, ou participé au bris des scellés, sera puni de la réclusion; et si c'est le gardien lui-même, il sera puni des travaux forcés à temps. P. 74° 6', 15, 19, 21, 28, 47, 59 s., 252 s.

25. A l'égard de lous autres bris de scellés, les coupables seront punis de six mois à deux ans d'emprisonnement; et si c'est le gardien lui-même, il sera puni de deux à cinq ans de la même peine. P. 40 s.

253. Tout vol commis à l'aide d'un bris de scellés, sera puni comme vol commis à l'aide d'effraction. P. 74°, 379, 381 4°, 384, 393.

254. Quant aux soustractions, destructions et enlèvements de pièces ou de procédures criminelles, ou d'autres papiers, registres, actes et effets, contenus dans des archives, greffes ou dépôts publics, ou remis à un dépositaire public en cette qualité, les peines seront, contre les greffiers, archivistes, notaires ou autres dépositaires négligents, de trois mois à un an d'emprisonnement, et d'une amende de cent francs à trois cents francs. C. 1383, 1961 s. — I. cr. 521 s. – P. 9 3o, 40 s., 52, 255, 256, 408.

255. Quiconque se sera rendu coupable des soustractions, enlèvements ou destructions mentionnés en l'article précédent, sera puni de la réclusion. P. 76', 21, 28, 47, 256, 408.

Si le crime est l'ouvrage du dépositaire lui-même, il sera puni des travaux forcés à temps. P. 74", 15, 19, 28, 47.

256. Si le bris de scellés, les soustractions, enlèvements ou destructions de pièces ont été commis avec violences envers les personnes, la peine sera, contre toute personne, celle des travaux forcés à temps, sans préjudice de peines plus fortes, s'il y a lieu, d'après la nature des violences et des autres crimes qui y seraient joints. P. 149, 15, 19, 28, 47, 191, 249 s., 254, 255, 264, 408.

S VI. Dégradation de monuments. 257. Quiconque aura détruit, abaltu, mutiléou dégradé des monuments, statues et autres objets destinés à l'utilité ou à la décoration publique, et élevés par l'autorité publique ou avec son autorisation, sera puni d'un emprisonnement d'un mois à deux ans, et d'une ameude de cent francs à cinq cents francs. P. 9 39, 40 s., 52, 96, 440 s.

$ VII. Usurpation de titres on fonctions. 258. Quiconque, sans litre, se sera immiscé dans des fonctions publiques, civiles ou militaires, ou aura fait les actes d'une de ces fonctions, sera puni d'un emprisonnement de deux à cinq ans, sans préjudice de la peine de faux, si l'acle porte le caractère de ce crime. P. 40 s., 145 s., 259.

259, « Toute personne qui aura publiquement porté un costume, un uniforme ou une décoration qui ne lui appartiendra pas, sera punie d'un emprisonnement de six mois à deux ans. » (L. 28 avril 1832.) P.40 s., 258, 314 note, 344 1°, 381 4.

S VIII. Entraves au libre exercice des cultes. 360. Tout particulier qui, par des voies de fait ou des menaces, aura contraint ou empêché une ou plusieurs personnes d'exercer l'un des cultes autorisés, d'assister à l'exercice de ce culte, de célébrer certaines fêtes, d'observer certains jours de repos, et, en conséquence, d'ouvrir ou de fermer leurs ateliers, boutiques ou magasins, et de faire ou quitter certains travaux, sera puni, pour ce seul fait, d'une amende de seize francs à deux cents francs, et d'un emprisonnement de six jours à deux mois. Charte 5, 6. – P. 9 3°, 25,40 s., 52, 199 s., 201 s.

261. Ceux qui auront empêché, retardé ou interrompu les exercices d'un culle par des troubles ou désordres causés dans le temple ou autre lieu destiné ou servant actuellement à ces exercices, seront punis d'une amende de seize francs à trois cents francs, et d'un emprisonnement de six jours à trois mois. P. 9 3o, 40 s., 52, 260, 262 s.

262. Toute personne qui aura, par paroles ou gestes, outragé les objets d'un culte dans les lieux destinés ou servant actuellement à son exercice, ou les ministres de ce culle dans leursfonctions, sera punied'une amende de seize francs à cinq cents francs , et d'un emprisonnement de quinze jours à six mois. P. 93, 40 s., 52, 223.

263. « Quiconque aura frappé le ministre d'un culte dans ses fonctions, sera puni de la dégradation civique. » (L. 28 avril 1832.) P. 8 2', 34, 35, 228.

264. Les dispositions du présent paragraphe ne s'appliquent qu'aux troubles, outrages ou voies de fait dont la nature ou les circonstances ne donneront pas lieu à de plus fortes peines, d'après les autres dispositions du présent code. P. 191, 256, 260 s.

SECTION V.
ASSOCIATIONS DE MALFAITEURS, VAGABONDAGE ET MENDICITÉ.

§ [er. Associations de malfaiteurs. 265. Toute association de malfaiteurs envers les personnes ou les propriétés, est un crime contre la paix publique. P. 1, 266 s.

266. Ce crime existe par le seul fait d'organisation de bandes ou de correspondance entre elles et leurs chefs ou commandants, ou de conventions tendant à rendre compte ou à faire distribution ou partage du produit des méfaits. C. 6, 900, 1133, 1172.-P. 2, 265, 267 s.

267. Quand ce crime n'aurait été accompagné ni suivi d'aucun autre, les auteurs, directeurs de l'association, et les commandants en chef ou en sous-ordre de ces bandes, seront punis des travaux forcés à temps. P. 7 40, 15, 19, 28, 47, 96, 440 s.

R68. Seront punis de la réclusion tous autres individus chargés d'un service quelconque dans ces bandes, et ceux qui auront sciemment et volontairement fourni aux bandes ou à leurs divisions, des armes, munitions, instruments de crime, logement, retraite ou lieu de réunion. P. 76', 21, 28, 47, 59, 61, 73, 99, 154, 267.

S II. Vagabondage, 269. Le vagabondage est un délit. I. cr. 179.-P. 1, 270 s.

270. Les vagabonds ou gens sans aveu sont ceux qui n'ont ni domicile certain, ni moyen de subsistance, et qui n'exercent habituellement ni métier, ni profession. C. 102 s. - 1. cr. 115. – P. 269, 271 s., 277 s.

271. « Les vagabonds ou gens sans aveu qui auront été légalement déclarés tels, seront, pour ce seul fait, punis de trois à six mois d'emprisonnement. Ils seront renvoyés, après avoir subi leur peine, sous la surveillance de la haute police pendant cinq ans au moins et dix ans au plus. P. 40 s., 44, 50.

Néanmoins les vagabonds âgés de moins de seize ans ne pourront être condanınés à la peine d'emprisonnement; mais sur la preuve des faits de vagabondage, ils seront renvoyés sous la surveillance de la haute police jusqu'à l'âge de vingt ans accomplis, à moins qu'avant cet âge ils n'aient contracté un engagement régulier dans les arınées de terre ou de mer. » (L. 28 avril 1832.) C. 734 et note. P. 66, 67.

272. Les individus déclarés vagabonds par jugement pourront, s'ils sont étrangers, être conduits, par les ordres du Gouvernement, hors du territoire du royaume. I, cr. 179, 190. — P. 228, 229, 273.

273. Les vagabonds nés en France pourront, après un jugement même passé en force de chose jugée, être réclamés par délibération du conseil municipal de la commune où ils sont nés, ou cautionnés par un citoyen solvable. C. 2040, 2041. – Pr. 517. 1. cr. 114, 120, 179, 190.

Si le Gouvernement accueille la réclamation ou agrée la caution, les individus ainsi réclamés ou cautionnés seront, par ses ordres, renvoyés ou conduits dans la commune qui les aura réclamés, ou dans celle qui leur sera assignée pour résidence, sur la demande de la caution. P. 228, 229, 272,

« PreviousContinue »