Page images
PDF
EPUB

Envisageons souvent cet état , & disons avec le coeur de cet homme de desirs & » de gémissemens : (a) Quand je vous we ferai uni de toute mon ame, ô mon

Dieu, je ne serai plus sujet ni au travail, » ni à la douleur ; & ce sera alors

que » ma vie toute remplie de vous seul sera » vraiment vivante. Maintenant où rien » ne se soutient & ne s'éleve à vous qu'au» tant que vous le remplissez, je suis à

charge à moi-même, parce que je ne » suis pas entierement rempli de vous.

II. L'Ame est faite pour Dieu, & elle n'aura jamais de repos jusqu'à ce qu'elle l'ait trouvé en Dieu. Tout le monde cherche ce repos, mais tout le monde ne le cherche pas en Dieu. On le cherche dans les créatures où il ne peut être. Ceux qui le cherchent en Dieu, le trouveront; mais ce n'est pas ici-bas qu'ils trouveront un repos parfait & exempt de trouble & d'inquiétude. Le repos des Saints de la terre se trouve dans la douceur , dans l'humilité, & dans la fidelité à joug du Seigneur. Ils ne peuvent manquer de le trouver - là , puisque c'est JESUS-CHRIST même qui leur pro

(a) Ang.. Confeff. 1. 10. c. 28.

[ocr errors]

porter le

met qu'ils y trouveront le repos de leurs ames ; mais c'est un repos passager , un repos

de

voyageur, & qui ne peut con: tenter celui qui cherche un repos éternel & fans vicissitude, un repos de jouisfance, un repos d'établissement qui le rende heureux en le mettant en possesfion de son païs & de son héritage qui est Dieu même.

Voilà le repos où nous aspirons ; mais où nous ne pouvons arriver tant que nous ferons voyageurs. Nous pouvons nous reposer sur la providence & sur les soins paternels de fa bonté par une confiance filiale. Nous pouvons nous reposer dans sa loi & dans la volonté en la pratiquant avec amour. Nous pouvons nous reposer à l'ombre de ses aîles dans nos afflic. tions jusqu'à ce que l'iniquité foit palfée : mais ce repos est accompagné de travail, & n'est pas exempt de crainte & de tentation. Il faut toujours chercher le Seigneur & sans relâche jusqu'à ce qu'il nous ait caché dans le secret de fa face adorable, après nous avoir tirez du trouble de la terre qui met a souvent le trouble dans nos coeurs : Absconde me, Domine , in abscondito faciei tua , à conturbatione hominuth : CA

[ocr errors]

CHEz-moi , Seigneur , mettez-moi à couvert du tumulte des hommes charnels, en me retirant dans le secret de votre face.

C'est la priere que nous devrions faire fans cefle , fi nous desirons de bonne foi le repos reservé au peuple de Dieu , fi nous le cherchons de tout notre cæur & de toute l'ardeur de notre ame. In

pace in idipsum dormiam & requiefcam. » paroles charmantes, (a) s'écrie S. Au

guftin du fond de son coeur , & paixin

comprehensible, ô repos desirable, re» pos en Dieu même , repos dans l'Etre » immuable , repos qui fait oublier tou» tes les peines, repos qui fait toute notre

esperance : Car rien n'est égal à vous,

Seigneur , & tout ce qui n'est pas ce » que vous êtes , n'est pas digne d'être » le repos de mon ame. Donnez-nous » donc, ô mon Dieu, votre paix & vo-~ tre repos, le repos de ce Sabbat éternel » qui sera comme un clair-midi toujours » permanent & toujours fixe, sans être » suivi d'aucun soir. (b). Et faites, s'it vo vous plaît , que nous travaillions fans » relâche durant les six jours de cette »» vie, à accomplir votre volonté, afin (a) Ang, Confell. I. 9. c. 4. b) Ibid. 1. 13.6. 35.635.

qu'après avoir achevé nos Quvres , qui « ne sont bonnes que parce que ce sont « en nous des dons de votre grace, nous a nous reposions en vous dans ce glorieux jour de Sabbat de la vie éternelle & « bienheureuse. «

III. Si l'ame est vuide quand Dieu ne la remplit pas , & qu'elle ne puisse être que dans l'inquiétude quand elle ne se repose pas en Dieu ; disons encore qu'elle est malheureuse si Dieu ne la rend heureuse par

lui-même & de lui-même. Il n'y a point de nature spirituelle sur la terre(a), il n'y a point de Saint dans le ciel , il n'y a point d’Ange, quelque excellent qu'il soit , qui puisse rendre notre ame heureuse ; bien loin qu'elle le puisse devenir par aucune des créatures sensibles & corporelles. Ces dernieres peuvent flater & châtoüiller les sens du corps, & à cause de la liaison étroite qui est entre le corps & l'ame. L'ame peut être touchée de quelque plaisir à l'occasion de ce chatouillement du corps ; mais rien ne la peut rendre heureuse que la participation de la vie toujours vive de la substance éternelle & immuable, $a) Aug. tr. 23. in Joan, n. 7.

qui est

Dieu. Car elle ne peut trouver son bon heur que dans ce qui lui est superieur. Or elle n'a rien au-dessus d'elle que Dieu qui l'a faite; & toutes les créatures sensibles & corporelles étant au-dessous d'elle, ne sçauroient la faire vivre heureuse.

Voilà , dit S. Auguftin, en quoi consiste la Religion chrétienne telle qu'elle eft prêchée par tout le monde. Mais helas

, que cette union avec Dieu eft foible en cette vie ! Et telle qu'elle est à combien de vicissitudes n'est-elle point sujette ? à quels perils n'est-elle point exposée ? quelles furieuses attaques n'at-elle point å solltenir ? de combien d'ennemis n'a-t-elle point à se défendre ? Tant il est vrai que cette vie est un combat, une tentation & une misere continuelle. La mort feule nous en peut délivrer. Et celui qui a de la foi, loin de la regarder comme fon ennemie , & de la fuir comme son malheur, devroit aller au-devant d'elle par ses desirs, & la re-cevoir , quand elle se presente , comme sa liberatrice & comme une amie qui la décharge d'un fardeau pefant & incommode, pour la faire passer d'un païs ennemi dans un lieu de sûreté , & de la re." gion de la mort au séjour aimable & de

« PreviousContinue »