Page images
PDF
EPUB

Les exemplaires exigés par la loi ont été déposés. Je préviens, en conséquence, que je poursuivrai tout contrefacteur ou débitant de cet ouvrage, dont les exemplaires ne seraient pas revêtus de ma signature.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

AVANT-PROPOS.

Le Mémoire historique sur Fouché (de Nantes ), publié depuis peu par un Anglais, est rempli de vérités incontestables; mais il est bien loin d'être complet : il est vrai que , aveu, il s'était imposé le devoir de ne rien avancer qui ne fût public et authentique (1); c'est

que, possédant, également

de son

ainsi

(1) Mémoire historique, pag. 55.

(L.

suivant lui , des documens particuliers , relatifs au rôle que Fouché avait joué dans la dernière conspiration contre le souverain français légitime et contre l'ordre social de l'Europe, il a réservé pour un autre tems leur publication.

Coinme nous avons l'avantage de posséder aussi des documens particuliers à ce sujet , qui vraisemblablement sont les mêmes que les siens, nous n'usons point de la même réserve, et nous pensons qu'il est des hommes qu'on ne doit pas

démasquer à demi; ce sont des hydres, dont il faut écraser, s'il

est possible toutes les têtes, en les mettant entièrement à dé

couvert.

A ces renseignemens, nous en avons ajouté d'autres sur la vie secrette de Fouché, qui ne sont point connus; sur les motifs de sa disgrace, en 1810; sur sa conduite tortueuse à l'époque de l'explosion de la machine infernale ; sur le moyen d'étouffer le germe des hostilités renaissantes dans la Vendée par la mort prématurée de M. de la Roche-Jacquelin; sur sa dictature et son machiavelisme pendant le dernier interrègne.

Cette histoire aura du moins

un mérite incontestable, celui d'être généralement composée de matériaux signés du héros même de l'ouvrage, d'avoir été écrite de son vivant, et presque sous ses yeux, dans le tems qu'il était encore en place.

Sans doute, les meurs et la société auraient beaucoup à gagner,

si les historiens, pénétrés de la responsabilité de leurs écrits, et renonçant à ce langage académique, qui perpétue le vice en brûlant un encens vénal sur l'autel de l'homme moins corrompu peut-être après sa mort que durant sa vie, adoptaient enfin cette manière de

« PreviousContinue »