Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

ERRATA

DU TOME I er

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

Au lieu de

Lire contrire

contraire la judiciaire et l'extrajudiciaire

Il y a deux sortes d'absolutions ad caule

lam, la judiciaire et l'extrajudiciaire incurristi

incurristis Lehmkulhl

Lehmkuhl ecclésiastique

ecclésiastiques consanguine

consanguinea 2o, 3o, 4o.

1o, 2o, 30
dain

pain
et les filles avant l'âge de quatorze ans (supprimer ces mots)
dérober

déroger
annullar

annulari amato

amoto qu'on ne peut se servir

qu'on peut se servir Léon III

Léon XIII recouvrent

recouvre Guy-Ballerini

Gury-Ballerini qu'on veuille

qu'on ne veuille des deux degrés

des trois degrés voci

voici

. dit le prêtre,

dit que le prétre. les personnat

les personnats

1
2

30 55 37

[blocks in formation]
[blocks in formation]

180 187 190 228 230 234 257 268 307 370 372 377 388 427 472

[blocks in formation]

A la page 668, colonne 2, alinéa : Quand on a renoncé à son domicile de droit, etc., l'opinion exprimée par Mgr. André doit être rectitiée. En effet, d'après tout le contexte de la lettre Paucis ahhinc annis, 19 mars 1758, de Benoit XIV à l'archevêque de Goa, il faut se garder de croire que le séjour d'un mois soit suffisant pour contracter validement mariage. Ce n'est qu'une présomption juridique en faveur du quasi-domicile acquis par les contractants, et sert à prouver qu'ils veulent habiter là pendant une partie notable de l'année. Cette doctrine est conforme aux décisions de la Congrégation du Co:cile (Feye, De impedimentis et dispensationibus matrimon. Ed. II, n. 227); mais le quasi.domicile est acquis dès que les contractants séjournent au lieu où ils veulent se marier avec l'intention d'y demeurer la plus grande partie de l'année. S'ils ne veulent pas y séjourner plus d'un mois, le quasi-domicile n'est pas acquis. (Acta S. Sedis, vol. 7, p. 555). — Aux États-Unis d'Amérique le simple séjour d'un mois est suffisant pour contracter mariage. A la demande du troisième concile de Baltimore, le Saint Office a déclaré, le 6 mai 1886, que, pour ces pays.ceux qui se transportent d'un lieu où le décret Tametsi est en vigueur, dans un autre lien, pourvu qu'ils y soient demeurés continuellement pen

dant un mois au moins et qu'ils aient prouvé, ainsi que le veut le droit, la liberté de leur état, sont censés y avoir le quasi-domicile requis pour contracter mariage. Cette déclaration fut approuvée par le Pape le 12 du même mois.

[merged small][ocr errors]

1

AVERTISSEMENT

Le Dictionnaire de Droit canonique de Mgr André a rendu de grands services au Clergé, en lui permettant de s'orienter rapidement et sûrement dans l'étude de cette science et en lui donnant la solution d'une foule de questions doctrinales et administratives qui se présentent dans l'exercice du saint ministère. Tout en rendant pleinement justice à ces mérites, il faut cependant reconnaître que l'ouvrage de Mgr André exigeait d'importants remaniements. L'auteur a fait de louables efforts pour ne suivre que la saine doctrine; mais quelquefois il a, sans le vouloir, subi l'influence des théories gallicanes et il n'a pas réussi à s'y soustraire complètement. La correction de ces passages s’imposait ainsi que la nécessité de tenir compte des changements apportés à la législation ecclésiastique depuis la publication de la dernière édition parue

en 1859-1860.

C'est cette révision que nous avons entreprise à la suite de M. l'abbé Condis. Nous avons eu soin d'éliminer et de remplacer tout ce qui n'était pas en parfaite conformité avec l'enseignement de Rome. Dans les nombreux articles ajoutés dans le corps de l'ouvrage et dans notre Supplément, nous avons constamment suivi les décisions des SS. Congrégations Romaines et la doctrine des canonistes les plus en renom. Dans les questions controversées, nous avons exposé les différentes opinions et les arguments qu'elles invoquent, mais nous avons indiqué aussi l'opinion qui nous paraissait la plus fondée. Enfin, pour la partie historique et critique, nous avons tenu compte des découvertes et des résultats désormais acquis à la science et nous les avons consignés soit à leur place respective dans l'ouvrage même, soit dans notre Supplément.

Ainsi remanié et complètement actualisé, le Dictionnaire de Droit canonique pourra, nous l'espérons, servir de guide pratique au prètre et lui donner cette science des saints canons plus indispensable que jamais à une époque où les ennemis de l'Eglise méconnaissent et violent systématiquement ses droits les plus sacrés.

J. WAGNER.

Paris, le 15 février 1894.

« PreviousContinue »