Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small]

BIBI

[merged small][merged small][ocr errors]

DIGTIONNAIRE HISTORIQUE
Des Personnages qui par des vertus, des talens, des écrits, ,

de grandes actions, des fondations utiles, des opinions
singulières , des erreurs, etc. se sont rendus célèbres
dans la ville de Toulouse, ou qui ont contribué à son
illustration,

PAR UNE SOCIÉTÉ DE GENS DE LETTRES,

Ouvrage précédé d'un Précis de l'Histoire de Toulouse , de Tables

Chronologiques des Souverains, Évêques, Archevêques, Magis-
trats, etc. de cette cité; des Pape, Cardinaux, Grands-Maitres
de Malthe, etc. qu'elle a fourni, et des Conciles qui s'y sont tenus.

Parler sans haine et sans crainte, dire
toute la vérité, et rien que la vérité.

CODE DES FRANÇAIS.

TO ME I I.

A PARIS,
Chez L. G. MICHAUD, IMPRIMEU R-LIBRAIRE, RUE DES

BONS-ENFANS, N.° 34.

I 8 a 3.

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

TOULOUSAINE.

M MAC-CARTHY - REAGH, geamment, l'admettant en plu(JUSTIN ), Irlandais d'origine, sa- sieurs circonstances à ses chasses vant Bibliographe, et domicilié et autres parties de plaisir. Dans sa depuis long-temps à Toulouse, jeunesse , MacCarthy avait habité était chef de la seconde branche Toulouse ; il avait conservé un de l'illustre maison de Mac-Carthy doux souvenir de cette ville, de d'Irlande , connue sous le nom son climat, des mœurs sociales de de Mac-Carthy-Reagh, ancienne- ses habitans que de funestes opiment princes de Carbery, et des- nions n'étaient pas venues diviser cendans de Dermond Mor Mac- encore ; ce fut dans cette cité qu'il Carthy , roi de Cork et de Der- voulut fixer son séjour. Il y acheta mond vers la fin du 12.e siècle. un hôtel remarquable par sa belle Mac Carthy naquitau mois d'Août architecture , et que lui vendit 1744, en Irlande, à Spring Housse la famille de Saint-Félix dont il dans le comté de Jepperary , où était la propriété. Il acquit pases aïeux s'étaient établis après reillement la terre seigneuriale de avoir été dépouillés de leurs pos- Marmande , et une des baronnies sessions dans le comté de Cork qui donnaient entrée aux états de et de Kerry. Il était catholique Languedoc. Depuis lors citoyen romain ; et les lois pénales contre français, il regarda Toulouse ceux de sa communion étant en comme sa nouvelle patrie , et y pleine vigueur lorsqu'il eut atteint vécut cultivant les beaux arts , et l'âge de raison, il voulut s'affran- se livrant à son goût particulier chir d'une contrainte qui lui était pour la bibliographie

. Il traversa pénible, et en digne enfant de la révolution avec plus de bonheur la croix il sacrifia ses affections, quela plupart de ceux de sa caste. et abandonna sa patrie, plutôt que Père d'un grand nombre d'enfans sa religion. Il vendit les biens qui dont il était tendrement chéri, il lui restaient en Irlande, s'étant ré les aimait également. Personne solu à venir s'établir en France peut-être plus que le comte Macoù ses aïeux avaient laissé d'hono- Carthy n'a laissé de plus sincères rables souvenirs. Mac-Carthy pa- amis, ni n'a plus mérité d'en avoir. rut à la cour de Louis XVI ; cet Bon et charitable, ses manières excellent prince le traita obli- étaient nobles et aisées; sa con

[ocr errors]

de son

versation piquante, spirituelle, primées à Mayence , étaient chez mais sans avoir rien d'amer. 11. lui en grand nombre ; la seule bitermina ses jours , pleuré de tous bliothèque du roi à Paris pouvait les siens, le 31 Décembre 1811. dans toute l'Europe lutter avanMac-Carthy avait la passion des tageusement contre la sienne. Les livres ; son instruction, ses con- Aldes, les Etienne, les Griphyus, naissances en un grand nombre les Elzevirs, les Jensons, les Barde langues vivantes, et dans celles bou, les Glaskow, les Baskerville, de la Grèce et de Rome, lui faci- les Bodoni , les Didots, paraient litèrent le développement de son de toutes parts

les

rayons goût de prédilection ; aussi par- vaste cabinet. Il avait fait venir vint-il à former une des plus de Paris chez lui un habile relieur, belles bibliothèques qu'on ait vu qui durant plusieurs années tranon seulement en France, mais vailla exclusivement pour sa biencore en Europe. Il était à la bliothèque , et un autre indipiste de tous les ouvrages curieux; vidu s'occupait à régler avec une il lui fallait particulièrement des grande nelieté les livres que

le exemplaires précieux par leur comte Mac-Carthy croyait suscepconservation ; souvent on l'a vu tibles de ce genre d'ornement, pour en former un tel qu'il le Cette bibliothèque si magnifique souhaitait réunir les diverses a été vendue après la mort de feuilles de deux qu'il sacrifiait, l'amateur éclairé qui l'avait forau désir de posséder un ouvrage mée ; le catalogue en fut fait avec unique et sans maculature. Il pro- le plus grand soin par MM. Defita durant la révolution de la bure. Parmi les ouvrages qui fuvente des bibliothèques des mo- rent portés à une haute valeur, et nastères , achetant fort heureu-' ceux-là furent en grand nombre, sement à bas prix les livres dont on remarqua, les administrateurs de cette épo- liglotta , hebraice, chaldaice, que étaient loin de connaitre la va. græce, etc. cum tribus interpreleur. Il glana également avec un tationibus latinis ; de mandato, rare bonheur dans la bibliothèque à sumptibus cardinalis D. F. publique d'Albi, dans laquelle il Francisci Ximenes de Cisneros, trouva de bien beaux ouvrages impressa atque edita ( curis Dequi ne lui coûtèrent pas cher. Il metriä Cretensis , Antonii Nepossédait sur-tout une superbe brissensis , Lopez Astunigas , collection des premiers livres im- Alphonsi Zamora et aliorum) primés sur vélin ; on en trouve à complecti, industria arn, Guill. peine quelques volumes dans les de Brocario , ann. 1514, 1515 bibliothèques les mieux soignées, et 1517, 6 vol. in-folio ( marroet lui en avait huit cent vingt-cinq, quin rouge , dentelé, tabis), imformant six cent un ouvrages. primé sur vélin , livre infiniment Les éditions Princeps, celles im- précieux dont on n'a pu découte

[ocr errors]

I. Biblia sacra po

« PreviousContinue »