Page images
PDF
EPUB

l'Histoire Naturelle , l'Industrie & le Commerce de ces différentes contrécs ; traduites de l'Italien, & enrichies de Nores; par M. Pingcron, Membre de l'Académie Royale des S-iences & Arts utiles de Barcelone, ancien Secrétaire du Mu'éo de Paris , attaché au Bureau des Plans du Dé. partement des Bâtimers du Roi, à Verfailles. 3 Vol. 111-8°. A Paris, chez la veuve Duchesne & fils, Lib. ruc St. Jacques , au Temple du Goût.

1

Agenda des Banquiers, contenant les différentes combinaisons des Changes pour les Places les plus cambifes de l'Europe , par rapport à la France ; par Ab. Mendès, Teneur de Livres à Bordeaux. Ouvrage très- utile à MM. les Banquiers & Négocians. A Bordeaux, chez Pallandre l'aîné, Lib. Place Saint - Projet ; & à Paris chez la veuve Duchesne & fils, Libr. rue SaintJacques. Prix, 4 liv. 10 f. broché en carton.

On trouve chez les mêmes , l'Eloge d' Armand Gontaut de Biron, Maréchal de France sous. Henri IV, &c. Discours qui a remporté le Prix au jugement de l'Académie de Bordeaux, en 1788 ; par M. Vigneron, Trésorier de France ; in-8°, de 120 pages. Prix, 1 liv. 16 f.

Droit Public de France ; Ouvrage posthume, de M. l'Abbé Fleury, & publié avec des Norgs fort utiles pour le développemerit du Texte, par M. Daragon , Professeur en l'Université de Paris. 4 Vol. in- 1 2. Prix, 7 liv. 4 s. Au Louvre , Color-. nade en face de S. Germain-l'Auxerrois, au Ma.. gafin de Librairie , chez Samso.).

Cet ouvrage contient : le Droit commun des Francs entre eux, depuis l'origine de la Morar. chie; - le Droit coinmun avec divers Peuples ; - l'origine & confusion des Seigneuries publiques

& privées ; les différens états des Suiers; - lc Chrge; Nob!cle; --- le Tiers-Etat; - l'origire des Parlenens; ce qu'éroit la Justice & les Seigneuries fous les première, facende & ze, Races;

les El ctions; les Offices; les anciances Jur.flictions; -l'origine des Intendans; -- la Police; - Corps de Métiers ; --- Privileges; --Commerce; --Inipot; -- Agriculture; ---Guerre; -- Prilis; —Marine; -Traité de paix ; --Chasse; - Chevalerie, &c. &c. &c.

Observations faites dans les Pyrénées, pour servir de suite à des Observations sur les Alpes, insérées dans une Traduction des Lettres de w. Coxe sur la Suisse ; par M. Ramond. 2 l'arties in-8°. , avec Cartes. A Paris, chez Belin , Libr. rue St. Jacques , près St. Yves. Sous le Privilège de l'Académic Royale des Sciences.

L’estime qu'on a accordée aux premières Obfervations de l'Auteur de cet ouvrage, est un préjugé en la faveur,

L’Impatience amoureuse, gravée par de Seve, d'après Maller. A Paris, chez l'Auteur, rúe StJacques , maison du Md. Epicier, en faec de la rue des Mathurins. Estampe ovale. Prix, 4 liv. en couleur, & 2 liv, en noir.

Les bonnes Amies, par les mêmes ; même prix & mêine adrese,

Le Jouleur , peint par D. C..., gravé par L. C. T. .. Prix, i liv, 41. A Paris, cliez Esnault & Rapilly, rue Saint-Jacques, à la vilte de Cott tance, No.

259.

Combat de Dieu-Donné de Gozon, Chevalier. Hospitalier de S. Jean de Jérusalem, contre le Serpent de l'Ile de Rhodes , sous le Grand-Maiteme Helion de Villeneuve ; dessiné par Parizeau, gravé

48

MERCURE DE FRANCE. par Piqucnot. Prix, 3 liv. , & ó liv. les premières épreuves. A Paris, chez l'Auteur, rue des Carines, Collége de Presle?

Corte Estampe fait pendant à l'Héreïsme du Sentiment. On promet dans peu la suite de l'Hiftoire qui en a fourni le sujet,

L'Histoire, le Cérémonial, & les Droits des Erats Gér:éraux du Royaume de France, ou l'on a ajouté l'Histoire des vains efforts qu'on a faits fous les règnes de Louis XIV & de Louis XV, pour ohtenir la convocation des Etats-Généraux

i far M. le Duc de ... 2 Parties in-8°. Prix, 3 1. is f. br., & 4 liv. 10 f. franches de port par la Pófie. A Londres ; & le trouve à Paris, chez Buisson, Lib. rue Hátste feuille, Hôtel de Coëtlofquet, No 20.

TABLE.

RADUCTION.
Charade, Enig: Logog.
Defcrist on.
Nouvel e.

3 Variére's.
s|Concert Spirimel.
3 Théairé de Mink ur.
181 Annonces & Notices.

ry 39 42 44

!

A P PROBATION.
Jian lu,

lu', par ordre de M. le Garde des Sceaux, le BERCURE'DE FRANCE, pour le Samedi 2 Mai 178 9. Je n'y ai rica trouvé qui puiste ca empêcher l'impredia. A Paris, le 1er. Mai 1989:

SÉL I S.

DE

BRU X E L L E S.

POLOGNE.

De Varsovie , le 5 avril 1789.

Dans ses dernières Séances, la Diéte a enfin à -peu-près consommé le difficile ouvrage des nouvelles Impositions, qui doivent monterà-48 millions et demi de florins par an, pour l'entretien d'une armée nationale de 100 mille hommes. Aux taxes arrêtées précédemment, et dont nous avons donné l'énumération successive , la Dięte a ajouté d'abord celle des biens et revenus Ecclésiastiques, ensuite celle de 10 pour 100 du revenu de toutes les terres Nobles. Cette dernière résolution, sanctionnée, par acclamation, dans la 80€. Séance, fut enregistrée au Protocolle sous le titre d'Offre patriotique des Citoyens. En effet, ce tribut s'élevera, pour un grand nombre de Ma

No. 18. 2 Mai 1789.

gnats, à des sommestrés-considérables; le Comte Potocki, Palatin de Russie, paiera, de son revenu simplement territorial, plus de 300 mille florins Polonois par an; le fardeau ne sera pas moindre pour un certain nombre d'autres grandes familles qui se sont piquées, dans cette circonstance, d'un désintéressement dicté par la justice, par l'étendue de leurs fortunes, et par la nécessité de pourvoir à la sûreté de la République. On calcule que cet impôt, dont la perception sera incessamment réglée, rendra dix millions de florins ; ainsi, l'Etat a maintenant un revenu extraodinaire, assuré et permanent, de 38 millions. On compte trouver le reste des fonds nécessaires à l'établissement civil et militaire, dans une taxe sur les Juifs, dáus quelques droits d'accise, et d'autres moindres objets. --- Les Paysans seront exempts de la nouvelle taxe territoriale; et afin de les maintenir contre toute oppression à cet égard, la Diete a chargé la Commission du Trésor de publier, au nom des Etats, l'Edit protecteur des gens de la campagne.

Dans la 82. Séance, on arrêta la manière de compléter en Lithuanie les compagnies de Cavalerie nationale qui doivent être portées à 100 hommes. On commença également à traiter d'une constitution qui allégeât la servitude des Paysans, dont la cause fut défendue

« PreviousContinue »