Page images
PDF
EPUB
[graphic][ocr errors][ocr errors][subsumed][merged small][merged small]
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small]

HARVARD
UNIVERSITY

LIBRARY
SEP 24 1957

53*137

[graphic]

Louis XVI était né à Versailles, le 23 août 1754.

C'était le second fils de Louis, dauphin, fils de Louis XV, dont nous avons raconté la mort ainsi que celle de Marie

Joseph de Saxe, sa femme. En 1763, son frère aîné étant mort, le jeune duc de Berry devint dauphin de France.

Ses deux frères cadets étaient le comte de Provence, qui prenait dès lors le titre de MONSIEUR, et le comte d'Artois.

Occupons-nous d'abord du dauphin. Nous reviendrons plus tard sur les deux jeunes princes.

Tout jeune, le dauphin avait déjà un maintien austère, un caractère sérieux, réservé, parfois brusque; il n'aimait ni le jeu ni les spectacles, ni les plaisirs bruyants. Sa seule distraction était de limer du fer et de copier des cartes de géographie.

Du temps où il n'était encore que duc de Berry, son père avait déjà pour lui un sentiment de prédilection, qui excitait la jalousie de ses frères. De son côté aussi, madame Adélaïde l'aimait tendrement, et ne cessait de lui dire, attristée qu'elle était de le voir si taciturne et si timide : - Mais parle donc à lou qise, Berry; crie, gronde, fais du tintamarre comme ton frèrç d'Artois. Voyons, casse mes porcelaines, brise mes chinoiseries, et, fül-ce en mal, fais parler de toi.

Malgré toutes ces exhortations, le dauphin devenait de jour en our plus grave et plus silencieux.

Il avait pour précepteur M. de Coëtlosquet, ancien évêque de Limoges, homme probe, intègre, simple, mais faible jusqu'à la pusillanimité.

Il avait pour gouverneur le duc de La Vauguyon, moins pur que le prélat, mais homme de probité quoique homme de cour, ayant une grande connaissance du monde, de l'instruction, des lumières ; au reste, livré tout entier aux jésuites, à l'archevêque de Paris, à madame de Marsan, et à tous les dévots de la cour, ennemi juré de l'Autriche et de M. de Choiseul, pour lequel il inspira au dauphin cette haine profonde, que le jeune prince ne se donnait même pas la peine de dissimuler.

Louis XV voyait avec peine cette éducation sévère donnée à son petit-fils. La chasteté de l'un était un reproche à l’immoralité de l'autre; aussi le duc de La Vauguyon, croyant avoir bien mérité de la reconnaissance du vieux poi, voulut entrer dans l'administration des affaires d'État, et demanda la place de président du conseil des finances.

Ịl fit, en conséquence, la demande de cette place à Louis XV; mais au bas de sa lettre Louis XV écrivit :

« Vous m'avez bien servi, je vous ai bien récompensé. La place que vous me demandez dans le gouvernement est inutile TOUT A FAIT. »

Cette répulsion s'étendait au jeune prince, que le roi continuait d'appeler Berry, quoiqu'il fût devenu dauphin. Souvent, madame Adélaïde, que Louis XV aimait tant qu'on l'accusa de l'avoir trop aimée, essaya de l'introduire dans le conseil, afin qu'il prit une teinture des affaires publiques; mais le roi s'y opposa toujours formellement. Plusieurs fois, de son côté, le jeune prince, tout timide qu'il était, prit sur lui d'interroger son grand-père sur les affaires

« PreviousContinue »