Page images
PDF
EPUB
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small]

15

RUE AUBER, 3, ET BOULEVARD DES ITALIENS,

A LA LIBRAIRIE NOUVELLE

5

/ م سه

PRÉFACE DU DEUXIÈME VOLUME

Le premier volume de cette histoire a montré les principes de la Révolution par rapport au clergé, et, en général, à la dignité de l'Eglise de France, qu'il était urgent de dégager de l'oppression et de tous les abus du système féodal.

Ce second volume nous mettra en rapport avec les évènements qui doivent concourir ou résister à l'application des réformes décrétées.

Pourquoi la guerre civile a-t-elle longtemps trahi les efforts des hommes d'Etat ? Pourquoi les discussions les plus libérales, les plus lumineuses qui se soient élevées de la tribune d'un peuple, n'ont-elles ni rassuré ni apaisé assez tòt les esprits

[ocr errors]
[ocr errors]

Parce que le passé crut sans cesse reprendre les positions perdues, et que la Révolution, défendant la liberté avec les armes du despotisme, la détruisait par même. Il ne resta que le champ de bataille, chacun combattit avec rage pour la vie, dans une mêlée fratricide dont il importe de conjurer à jamais le retour. La confusion et les désastres qui en résultèrent furent, en effet, le châtiment de tous, et sont un enseignement inoubliable pour la postérité.

Cependant la liberté et la religion n'étaient point mortes. Elles usèrent la Terreur, déjouèrent la comédie de Robespierre, - qui ne fêtait l'Être suprême que pour rappeler bientôt tous les cultes, et s'en proclamer le restaurateur, et n'eurent pas besoin de Bonaparte pour se relever. Quatre années avant le Concordat, tous les autels étaient debout. Quelques évêques, l'opinion publique, avaient opéré ce miracle et réalisé l'idéal de « l'Eglise libre dans l'Etat libre ». Un mot de Rome eut concilié le catholicisme avec l'ordre moderne. Le pape préféra se jeter dans les bras de Bonaparte, qui ne l'accueillit que pour asservir l'Eglise avec la Nation, et la liberté absolue des cultes, qui s'était fondée toute seule, fut ainsi étouffée dans son berceau.

Nous sommes encore aujourd'hui sous ce régime de protection et de guerre entre l'Eglise et l'Etat, qui nuit à l'action de l’un comme de l'autre, et coûte soixante millions par année à la France.

Il importe d'établir l'équilibre sans arrière-pensée

[ocr errors][ocr errors]
« PreviousContinue »