Page images
PDF
EPUB

!

QUATRE CONCORDATS.

wwwwwwwwwwwwwww

CHAPITRE XXI.

Clergé pendant la révolution jusqu'à la déportation.
L'abbé Maury.

Mirabeau. La voilà donc arrivée cette grande époque de la révolution et de l'assemblée constituante (1)! Jamais le monde n'avait rien vu de pareil. Depuis trois cents ans, comme on l'a déjà dit, cette révolution se préparait : les élémens épars existaient partout. Leur donner un centre, un foyer commun, c'était donner

[ocr errors]

(1) On entend dire quelquefois : l'assemblée prétendue constituante , soi-disant constituante. Cette locution s'est rencontrée dans la dernière session, dans la bouche d'un député qui fut membre de l'assemblée constituante.

Je voudrais bien savoir ce que l'on entend par ces mots, prétendue, soi-disant ? ... Est-ce le droit que l'on conteste, est-ce le fait que l'on veut nier, obscurcir?... Il у a là quelque sous-entendu ; c'est une barbarie véri

l table que de ne pas nous faire jouir de tout l'esprit que couvre cette reticence. Il me semble que c'est une assemblée bien et duement T. II.

I

la naissance même à la révolution; depuis long-temps elle n'attendait

que
cela

pour éclater : quinze jours de plus, et les notables la faisaient, tant elle était pour ainsi dire à fleur de terre. Est-ce donc que les propositions de M. de Calonne aux notables étaient autre chose que la révolution (1) ? Est-ce que la

? révolution n'était pas faite depuis que le roi et les parlemens ne cessaient de se refuser mutuellement le droit d'imposer, depois que

constituante que celle qui après avoir donné à la France la première constitution qu'elle ait eue, est devenue le principe de toutes les constitutions modernes qui existent déjà en Europe, et qui ne peuvent manquer d'y être établies.

L'assemblée constituante est aux assemblées délibérantes de l'Europe, ce que Cybèle' fut aux divinités de la fable ; Leta Deúin partu.

(1) La proscription des abus , une répartition plus juste et plus égale des impôts, l'établissement des assemblées provinciales étendu à toutes les provinces qui n'avaient pas d'États particuliers; la conversion de l'impôt des vingtièmes en subvention territoriale proportionnée aux produits , partie perçue en argent, partie prélevée en nature; le clergé assujéti à cet impôt comme les autres, en remplacement de ses dons gratuits; l'aliénation des domaines de lcouronne , les forêts exceptées; une meil

>

« PreviousContinue »